le cabanon

menus plaisirs : un peu de fil, une aiguille, mais aussi les fleurs ou les moules à gâteaux. Un peu de quotidien en Provence

11 mai 2009

La porte des enfers

gaud_Matteo est pressé. Il fait courir Pippo ; Pippo est fatigué. Ils sont en retard. Une fusillade dans les rues de Naples vient stopper net leur course. Pipo va mourir, la vie de Mattéo et celle de Guliana, la mère, sera dévastée. A partir de cet évènement dramatique on se retrouve dans un univers fantastique où se côtoient un patron de bar qui fait des cafés « sur mesure », un travesti, un curé en rupture avec son église et un professeur qui prétend connaître la porte qui ouvre sur les Enfers. Gaudé nous propose ici une nouvelle facette de la mort, de la détresse des âmes, de notre faculté à nous les vivants de maintenir la lumière des morts par nos pensées, de les faire vivre. Ce roman se lit comme un conte, où se mêlent magie, douceur, souffrance, nostalgie et vie.

.

Posté par Ariane à 20:03 - Entre les lignes - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires sur La porte des enfers

  • Pfu, j'ai même pas encore commencé l'autre!

    Posté par Cathsotte, 11 mai 2009 à 22:34 | | Répondre
  • je ne suis dispo pour une lecture sur ce sujet ;;;; en ce moment .. mais je trouve ton avant gout très vendeur ...

    Posté par clob, 11 mai 2009 à 22:55 | | Répondre
  • J'ai lu "Le soleil des Scorta" du même auteur et je l'avais adoré !! ça donne envie de se plonger dans celui-ci ;o)

    Posté par Virginie, 12 mai 2009 à 06:45 | | Répondre
  • En attente sur ma table de chevet!
    Bises

    Posté par Capucine, 12 mai 2009 à 10:19 | | Répondre
  • J'hésite, j'hésite...il est un de ces auteurs sur lesquels je fais un blocage...avant même d'avoir lu quelque chose...

    Posté par lenasouslefiguie, 12 mai 2009 à 18:48 | | Répondre
  • "Le soleil des Scorta", gorgé de la chaleur de l'Italie du sud, est un chef-d'œuvre, pour moi. Celui-ci a l'air nettement plus sombre.

    Posté par Lily, 12 mai 2009 à 19:26 | | Répondre
Nouveau commentaire